mercredi 6 février 2008

Tel grand-père, tel père, tel fils

Lors de ma dernière virée à la recherche de musique inédite pour mon blog, je me suis retrouvé au Village des Valeurs où j’ai mis la main sur un 45 tours de Luc Guimond. Guimond est un nom connu dans le milieu de l’humour québécois et sur le disque il est clairement indiqué que Luc est le fils du regretté Olivier Guimond. Luc avait 7 ou 8 ans lors de l’enregistrement. Son père était décédé quelques temps auparavant. Il ne chante sur aucune des deux pièces, il déclame d’une voix monocorde un hommage à son père sur des textes de Tex Lecor. Comprenait-il la portée de ces mots à son âge?

Comme d'habitude, j’ai voulu en connaître plus sur le personnage à me disant que sa carrière m’avait pas pris la même tangente que son paternel (Cré Basile, la Branche d’Olivier) ou de son grand-père, Olivier, père, dit Ti-Zoune, meneur de revues burlesques du début des années 20 jusqu’à la fin des années 40. Il s’est quand même essayé à plusieurs rateliers. Il a travaillé un certain temps comme humoriste, puis comme metteur en scène et comédien. Quand quel pays??? Il a écrit un livre, "Mon père, mon héros". Étant marié et père de deux enfants, comme il éprouvait de la difficulté à joindre les deux bouts, il décida alors que se lancer en affaires en fondant une entreprise d’entretien ménager d’édifices à bureaux (vous voyez le lien?).

Et tout à coup, en 2007, à 43 ans, il décide de refaire surface de plein pied dans la musique avec un disque aux ambiances électroniques down-tempo (vous voyez le genre?) où il récite encore plus qu’il ne chante ses propres textes sur des musiques de Nico Lelièvre. Y a-t-il encore de la place pour un Guimond dans le showbizz québécois? L’avenir nous le dira!

Claude Radotte… Rajotte de Radio-Canada et Alain Brunet de la Presse font, chacun dans leurs termes, une critique (pesons bien le mot) dithyrambique du disque.

Luc Guimond – De père en fils (1971?)

Luc Guimond – Salut et au revoir (1971?)

Luc Guimond – Battements (2007)

Luc Guimond – Particule (2007)

Olivier « Ti-Zoune » Guimond – Put put put (1951)

Olivier Guimond – Ti-Loup est mort (1964)

Pour commentaires, opinions, requêtes, critiques, chialage, demandes spéciales et autres balivernes : eiffel50@oricom.ca

1 commentaire:

LoupDesSteppes a dit...

Bonjour,

Je dois avouer que je ne connaissais pas "ti-loup".
C'est drôle, ça m'a fait penser à mon beau-frère de l'époque (paix à son âme); mais c'était ti-boule au lieu de ti-loup.

Merci