dimanche 15 juin 2008

Les Introuvables, volume 3

Au moment où vous lirez ces mots, je me retrouverai avec 5 nouveaux « Les Introuvables » : les volumes 3, 4, 6, 7 et 11. Quand j’donne un coup, j’donne un grand coup. Incapable de me sevrer, alors je cède à mes envies, j’use de stratagèmes et de prétexte comme la Fête des Pères et mon anniversaire, le 18 juin, pour me procurer ma « drogue » musicale. Deux ont été achetés chez Rétro-Laser et les trois autres ont été commandés chez Musigo de Beauport qui les vendent 14,99$, donc 2 dollars de moins que Rétro-Laser. En plus, chez Musigo, quand tu places une commande, ils accordent un rabais de 10%. Chaque disque revient à 13,50$.

Pour le moment, seul le volume 3 m’a révélé partiellement son contenu quand je l’ai converti religieusement en mp3, j’ai goûté quelques extraits de chaque pièce seulement pour le moment et il est un excellent cru, lustucru? Pour vous mettre le vin en bouche, écoutez ces trois pièces. À vous de décider ensuite s’il mérite d’être bu jusqu’à la lie.

Parmi les Héritiers nous retrouvons Johnny Gravel et Roger Belval, dit Wézo, futurs Gants Blancs et Offenbach.

Les Héritiers – 18 ans (1966)

Avec les Gants Blancs, nous sommes en présence de l’embryon d’Offenbach. Sur la pièce qui suit, version de « Call Me Lightning » des Who, sortie en en 1968, Johnny Gravel est présent comme guitariste, même s’il rejoindra la formation qu’en 1969.

Les Gants Blancs – Dis-moi son nom (1968)

Les Dalcos ont compté dans leurs rangs le chanteur Claude Steben, steben d’valeur, mais il ne faisait plus partie du groupe en 1966, année où le groupe fut dissout pour dix sous.

Les Dalcos – Tu ne savais pas (1966)

Pour vraiment vous faire apprécier encore davantage ce disque, voici un pot-pourri maison des 24 pièces (30 secondes chacune environ) se retrouvant sur le disque « Les Introuvables, Volume 3 ».

Pot-pourri – Les Introuvables, Volume 3

Pour commentaires, opinions, requêtes, critiques, chialage, demandes spéciales et autres balivernes : eiffel50@videotron.ca

1 commentaire:

S.ébastien a dit...

J'ignorais que Rétro-Laser, en plus d'éditer le livre de Léo Roy, avait une boutique à Québec! Merci pour cette belle découverte. J'y passerai lors de mes vacances.

Wow! Ils proposent même une "anthologie" sur cd des Sextans!