dimanche 12 avril 2009

Ils chantent in english

Dans ce deuxième volet, on retrouve des groupes québécois chantant exclusivement en anglais qu’ils aient été constitués de membres de culture française ou anglaise ou étrangère et ils sont tous originaires de Montréal, la seule ville anglaise du Québec.

Les Beau-Marks sont surtout connu pour leur classique : « Clap Your Hands » qui réussit une légère percée au pays de l’oncle Sam en décrochant une 45e place au Billboard en 1960. Voici leur premier 45 tours sortit en 1959 qui sonnait rockabilly.

The Beau-Marks – Moonlight Party

The Beau-Marks – Rockin’ Blues

André Marcoux & les Rockets, ça sonne pas mal québécois, mais Léo Roy les incorpore dans la section des groupes anglophones dans son livre : « La Merveilleuse Époque…. ». En plus, c’est un groupe instrumental.

André Marcoux & les Rockets – The Blob

Cette pièce est une reprise du succès des Five Blobs qui connut un certain succès aux U.S.A. en 1958 avec une 33e place au Billboard.

The Five Blobs – The Blob

J.B. & the Playboys de Montréal ont enregistré plus de dix 45 tours entre 1964 et 1967 en plus d’un microsillon.

J.B. & The Playboys – Poor Anne

Bartholemew Plus Three, qui je suppose venait de Montréal, a enregistré une demi-douzaine de 45 tours. Un des ses membres, Corky Laing se joindra plus tard au groupe Mountain avec Leslie West et Felix Papalardi qui produisit d’ailleurs la chanson « When I Fall In Love ».

Bartholemew Plus Three – Taboo

Bartholemew Plus Three – When I Fall In Love

M.G. & The Escorts, de la Métropole toujours, est considéré comme étant un des meilleurs groupes anglophones du Québec des années 60 et en voici la preuve.

M.G. & The Escorts – It’s too late

The Rabble, groupe formé dans la ville que vous savez, a une production assez intéressante de six 45 tours et deux 33 tours.

The Rabble – Too Bad

The Haunted, encore un groupe anglophone issu de la ville se retrouvant à la sortie du tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine est un de ceux qui a laissé sa marque. C’est à eux que les Sultans ont emprunté «Tu es impossible » et les Aristocrates, « Ton visage maquillé de joie » (déjà mise dans un de mes message). Leur chanson « 1-2-5 » connut un bon succès dans plusieurs pays. J’ai eu l’occasion de les voir en spectacle dans une salle paroissiale à St-Hilarion où ils étaient en vedette devant la Révolution Française et le 25e Régiment. Tout en étant un groupe chantant anglais, The Haunted s’est permis d’enregistrer quelques titres en français dont « Purple Haze » de Jimi Hendrix.

The Haunted – 1-2-5

The Haunted – I Can Only Give You Everything

The Haunted – Vapeur mauve

Les Sultans – Tu es impossible

Les Fuzztones, groupe punk américain a fait un « cover » de la chanson 1-2-5.

The Fuzztones – 1-2-5

Michel & The French Canadians s’appellait aussi Michel & les Clefs d’Argent. En 1965, leur gérant leur décrocha un contrat d’enregistrement aux Etats-Unis d’où émergèrent deux 45 tours : un français et l’autre en anglais, qui fut sélectionné par le revue Billboard comme étant un succès ayant le potentiel pour entrer dans le Hot 100, ce qui ne se concrétisa pas, suite à la mauvaise promotion de leur compagnie de disque. Ils eurent quand même la chance de donner plusieurs spectacles dans les clubs de l’oncle Sam. Leur 45 tours anglais était une composition de Gérald (Gerry) Boulet. (Source : « La Merveilleuse Époque des Groupes Québécois… » de Léo Roy)

Michel & the French Canadians – Cause I Believe

Je termine en force avec un groupe, toujours montréalais et chantant exclusivement en anglais. J’ai leur disque depuis 2006 et je me demande comment il se fait que je n’en ai pas encore fait mention. Je me demande aussi pourquoi personne d’autre n’en a fait allusion encore.

Même si le groupe est de la ville où se trouve la maison d’été de l’architecte Taillibert, ses membres ont des origines diverses : deux québécois anglophones du Québec, deux anglais d’Angleterre et un hongrois de Hongrie. Toutes les chansons du disque sont des compositions originales. Leur nom leur aurait été inspiré par l’Acte d’Amérique du Nord britannique de 1867 qui célébrait son centième anniversaire en 1967, année de la création du groupe.

Le groupe s’appelle: British North-American Act et le titre du disque « In The Beginning ». J’ai trouvé des commentaires sur eux dans un blog russe. Leur disque a été réédité en cd et il est en vente chez Amazon au prix de 66,95$Cdn. Wow là le prix!. Chez Bomp, il se détaille à 14,00$.

Maintenant faites-vous plaisir en écoutant religieusement trois chansons extraites de ce disque de « British North-American Act », un nom à retenir.

British North-American Act – Corduroy Coat

British North-American Act – Joe Cool

British North-American Act – Only A Dream


Pour commentaires, opinions, requêtes, critiques, chialage, demandes spéciales et autres balivernes : eiffel50@videotron.ca

5 commentaires:

Mario B a dit...

Thank you pour tout ça, patron. Ce que I desire dire est que I think que the MG de MG & the Escorts est Mick Gauthier, future partner of Francoeur avec Aut' Chose.

Martin a dit...

«Tu es impossible » est la version francaise d'I Can Only Give You Everything des Them.

Vente de garage a dit...

Wow!

plein de bonnes tounes, merci! J savais pas que the British North American Act étaient de Montréal.. quoi qu'en lisant leur bio, on se rend compte qu'ils sont d'un peu partout, mais qu'ils étaient basés à Mtl. C'est très bon!

Mario B, crois-tu vraiment que ce soit la même personne? Mike Gauthier aka MG des Escorts et Mick Gauthier d'Aut' Chose?!

Ça serait incroyable!

Mario B a dit...

Il me semble avoir lu quelque chose de semblable quelque part, mais je ne suis pas trop certain.

S.ébastien a dit...

À mon humble avis, après le Haunted mais vraiment pas loin derrière en frais de rareté ($$$)...c'est le British North American Act qui s'impose. Only a dream est excellente, mais la qualité d'ensemble du LP laisse un peu à désirer. Tout de même, ça demeure une autre spendide raison de vénérer notre scène 60's...

...et une autre preuve qu'elle est plus reconnue à l'extérieure de la province. Désolant, non?