lundi 8 septembre 2014

RETOUR À L'ANORMAL


 
Libéré des chaînes de Chain Gang, je reprends le bâton du pèlerin pour refaire mon chemin de Compostage, c’est-à-dire : marcher dans les dédales de la musique d’expression française québécoise et française (il s’est déjà fait de la bonne musique en France).  Tant qu’à perdre les pétales aussi bien les perdre pour vrai
 
Dans la vaste plaine des champs musicaux, la cueillette des petits fruits noirs se fait de plus en plus difficile.  Certains artistes y plantent à nouveau leur grosse graine (ne pas confondre avec ce que vous pouviez penser) dans les sillons : le microsillon, à lequel je reviendrai prochainement quand j’aurai cueilli quelques fruits déssechés.  Pour le moment, retour à quelques fruits (45 tours) dérobés les jardins des voisins ou dans VousTube.
 
Joe Dassin, chanteur français des plus sympathique, adulé autant en France qu’au Québec, nous a quitté un peu trop tôt, heureusement qu’il a pu nous laisser un héritage musical riche que ce soit des chansons originales ou des versions comme « C’est la vie, Lily », version d’une pièce d’un groupe américain, Cat Mother & the All Night News Boys, « Marie », qui n’eut pas l’insigne honneur de figure au palmarès du Billboard.  En supplément, une autre version de cette chanson par le groupe-hommage Let The Music Play qui est pratiquement une copie conforme.
 
En 1969 sur étiquette RCA, Marc Bourret accompagné par les Strados nous offrait « Dans ma prison », version de la chanson « Buried Alive » du chanteur country américain Mel Tillis, une légende du country américain qui n’a jamais eu le plaisir d’enfanter un succès au Hot 100 du Billboard.
 
Encore en 1969, Réal Barrette, un chanteur québécois au style… particulier donne un conseil à tous les amoureux : « Il ne faut pas faire brailler sa blonde » et ne jamais lui crier : « Ma grosse toutoune ».
 
En 1962, Louis Simoneau est chanteur dans le groupe les Commanders qu’il quitte en 1966 pour entreprendre une carrière solo sous le nom de Maxime.  En 1968, il rencontre Guy Cloutier qui le prend sous sa férule, il adopte alors le nom de Jean Nichol.  Maintenant âgé de 70 ans, il est toujours actif et il y a un an il mettait sur le marché un nouveau disque, « Passion ».  En 1979, il reprenait le grand succès du groupe Styx, « Babe » (no 1 au BB) sous le titre de « Babe ».
 
Dans les années 60, les français nous avaient habitué aux super 45 tours, c’est-à-dire qu’on gravait 4 chansons sur le disque, chose qui s’avérait plutôt rare au Québec.  En 1985, un ensemble vocal québécois, Crescendo (probablement de la région de Québec), composé d’une cinquante de jeunes filles zé garçons.  Le disque est réalisé par Réjean Yacola, ex-membre du groupe progressif Sloche.  Tiré de ce disque la chanson : « Le rock ».
 
Comment présenter Yves Lemieux autrement que Monsieur Bong Bong (chanson qui fit sa réputation en 1969).  « Le télégramme » serait leur seul moyen pour le demander des nouvelles.
 
Pour les Bel Canto, pas besoin de présentation pour ceux de mon âge, leurs succès ne se comptaient plus durant les années 60 : Découragé, Bonsoir à demain, Seul, Je ne te crois plus, Coui Coui, Mon petit doigt et bien d’autres.  Récemment j’ai pu mettre la main sur une chanson « Posséder ton cœur » qui n’apparaît sur aucun de leurs longs-jeux.  Elle figure sur la face « B » de leur succès, «C’est peut-être toi ».  C’est une des rares versions des Bel Canto qui enregistraient presqu’exclusivement des compositions originales.  Cette chanson serait-elle la version de « Stop The Clock » de Shaggy Boys, composée par Georges « Shadow » Morton, producteur et compositeur américain?
 
Claude Philippe.  Et oui Claude Philippe.  Vous le connaissez certainement, il chantait « Tout » et c’est tout ce que j’en sais.  Une version de « True » (c’est vrai, je vous le jure) composée par Richard Albert et Gloria Shayne; je connais bien celui qui a écrit les paroles française : c’est Marc Gélinas.
 
Pas d’informations sur le groupe français, les Méridiens (j’ ai acheté ce disque cet après-midi), c’est en constatant qu’ils y chantaient une version de « Greenfields », méga-succès des Brothers en 1960 (Numéro 2 du Billboard) que j’ai allégrement dénoué les cordons ma bourse pour l’acquérier au coût faramineux de 25 cennes à M. Mathieu.  Je cours à ruine.
 
C’est grâce à sa victoire aux « Découvertes de Yoland Guérard » que Shirley Théroux s’est fait connaître au public en 1963.  On en connaîtra un peu plus sur son cheminement dans Wikipédia.  Un autre 45 tours acheté cet après-midi, mais j’avais déjà la chanson « Old Cap Cod » sur une compilation cd de la chanteuse.  C’est une version de… « Old Cape Cod » de Patti Page (No 3 au Billboard en 1957).
 
Depuis les années 80, il se fait de moins en moins de versions de chansons anglaises par les artistes francophones.  J’ai en ma possession un cd sorti en 1997 : « Que des Tubes! 100% Boys Band  interprétés par The Song Family » (parlez-moi d’un nom de groupe) qui chantent en français et en anglais et ils se permettent ne nous faire une version d’un succès de Barry Manilow, « Could It Be Magic » (No 6 au Billboard en 1975) sous le titre de « Le temps qui court » et une autre du grand succès de Rick Astley, « Never Gonna Give You Up » (No 1 au BB en 1987) intitulée : « Toujour là pour toi » (je l’ai écris sans « S » comme sur la pochette du disque.
 
J’aime les efforts des chanteurs américains ou anglais qui s’efforce de chanter en français.  Bobby Darin est un de ceux-là.  En 1964, il obtient une honorable 45e place au Billboard avec la chanson « Milord » popularisée par Edith Piaf.
 
Je suppose que vous salivez devant un tel menu.  Alors tout le monde à table pour déguster mon jambon piqué de cous de girafe.  Bon appétit mes petits!
 
P.S. :  Je viens de faire une découverte.  Je n’avais pas « scanné » les étiquettes de mes 45 tours depuis un bon bou’temps et en me mettant à jour, je me suis aperçu que je n’avais même pas « ripé » plusieurs d’entre eux.  Ç’en fera plus pour la prochaine fois.
 
Pour commentaires, opinions, requêtes, critiques, chialage, demandes spéciales et autres balivernes : flavoie63@gmail.com
 

4 commentaires:

Anonyme a dit...

merci pour cet intéressant retour qui livrait quelques bonnes surprises inédites...Pascal

Pyrrhon de Laval a dit...

Encore merci

Homme Scalp a dit...

où sont les audios, Florent?

Anonyme a dit...

Merci.